Retour sur quelques expos durant le mois de mai

ID-1-Bruno-Metra-Laurence-Jeanson-Galerie-Francoise-Besson
Bruno Metra et Florence Jeanson, Galerie Françoise Besson

ID de Bruno Metra et Florence Jeanson, Galerie Françoise Besson : C’est dans la guest house attenante à la galerie que Françoise Besson expose les deux artistes. Une expo tendance, les photos nous interrogent sur la fragilité de l’identité face à la société de l’image. Altérant l’altérité (faculté de se reconnaître dans l’autre). Une forme de chirurgie artistique pratiquée dans l’urgence. Un moyen format s’ajoute bien à une collection, la photo fait souvent figure de porte d’entrée pour les nouveaux collectionneurs. 10 rue de Crimée 69004 Lyon.

Ugo Schiavi Face Nord, Galerie Snap : Amateur d’escalade, l’artiste crée une oeuvre en argile de 4.50m par 5m, reproduisant la face nord de l’Everest. Plus étonnant encore avec Prise de précaution, il questionne et nous invite à la réflexion avec la photo d’une antenne relais camouflée en arbre, la photo est sur un support translucide et l’éclairage provient d’une cabine de bronzage qui nous envoie des UV. Par de simple travestissement des objets l’homme aujourd’hui malgré des mise en garde, banalise t-il tous les risques sur sa santé ? 4 rue de la Thibaudière, 69007 Lyon

Nicolas Maureau Galerie Elizabeth Couturier: L’artiste toulousain présent lors du vernissage, manie avec talent cette discipline très exigeante qu’est l’hyperréalisme, il travaille sur fond noir comme le faisait souvent le Caravage. Il nous explique s’inspirer de photos récupérées sur internet, dont les modèles pense-t-il n’ont pas conscience d’avoir été pris en photo. Il réinterprète des scènes bibliques ou mythologiques. Dans le monde d’aujourd’hui que reste t-il de cet héritage en nous ? Un temps fort de ce vernissage collectif et synchronisé des nombreuses galeries de la rue Burdeau. à découvrir à la Galerie Elizabeth Couturier 25, rue Burdeau 69001 Lyon.

La nouvelle Vague photographie de Raymond Cauchetier, Galerie Photo de l’institut lumière : De 1958 à 1968, Cauchetier fut photographe de plateau pour les réalisateurs de la nouvelle vague (Godard, Truffaut, Chabrol, Varda). D’un travail simpliste, celui de faire une simple photo après la prise de vue cinématographique, il réussi à nous faire entrer dans l’aventure du cinéma, avec des images de Godard et Truffaut deux grands subversifs de l’art établi de l’époque. [500 à 5300€/photo]  3 rue de l’Arbre Sec 69001

Jehan, Galerie Estades : De l’art naïf, une figuration ludique et pleine de vie avec beaucoup de couleurs, essentiellement de l’acrylique sur acier ou toile, quelques pièces intéressantes. Mais notre coup de cœur à lieu à l’étage inférieur de la galerie Flanelle’s toy boy (sculpture requin) et aussi Tara (sculpture chien) de Kathinka Gunn, superbe travail des matériaux. Il est possible de retrouver la Galerie Estades à Toulon ou Paris place des Vosges. 61, quai Saint-Vincent 69001 Lyon

Notre itinéraire, 11 artistes chez la Galerie Verney-Carron : Des liens fait entre les différentes œuvres sur le principe des chemins ou d’itinéraires, en y ajoutant les réseaux, tout se tisse. La chair-cloche de l’artiste Vaan fait écho à l’oeuvre vidéo de Evan Roth. Le gigantesque point Google Map en bois est impressionnant. Ce totem topographique est créé par Aram Bartholl mérite à lui seul le déplacement, l’on rêverait de le planter dans notre jardin pour être vu depuis un hélicoptère. Aussi un pupitre fait office de tribune et termine l’exposition, nous sommes invités à déclamer quelques chose. 45, Quai Rambaud 69002 Lyon

Graveurs de Leipzig, au MAPRA : Dans le cadre d’un échange, dix artistes de Liepzig exposent des estampes à Lyon. Mon grand étonnement fut de constater l’utilisation de la phototypie, un vieux procédé d’impression à l’encre grasse au moyen de gélatine bichromatée et insolée sur plaque de verre. Ce procédé permet un rendu à modèle continu non tramé, que je n’imaginais ne plus appartenir qu’à l’histoire de l’art. Il est encore utilisé aujourd’hui à Liepzig et dans un atelier de Tokyo au Japon. J’ai aimé les œuvres de Gabriela Francik, Madeleine Heublein et Britta Schulze : 7 rue Paul Chenevard 69001 Lyon

Pimp My Skin, SpaceJunk : En collaboration avec Carole Le Bras, une douzaine des meilleurs artistes tatoueurs ont été sélectionnés pour présenter leur travail hors tatouage à Spacejunk. Forcement à 12 l’ensemble est hétéroclite, quelques pièces (les skateboards) de l’expo précédente poursuivre l’aventure dans Pimp My Skin. 16, rue des Capucins 69001 Lyon.

Débattre la mesure Linda Sanchez Centre des Humanités Insa de Lyon : Le titre de l’exposition tire son nom « Débattre la mesure » d’une des œuvres exposé, un mécanisme d’horloge dans un cul de bouteille parcourant 28cm à l’heure (2007).  Les plis de la couverture de sable, c’est vraiment très étonnant de voir un drapé de la sorte avec cette matière. Sinon quelques dessins au crayon sur papier calque. 1 rue des humanités Campus LyonTech 69621 Villeurbanne.

Beatrix Von Conta Le Grand écart / L’Eau barrée à la galerie Réverbère : Une exposition en deux phases, la première qui fait naturellement fortement écho en moi, des paysages de mon Québec natal dans une région voisine de la Cote-Nord. La seconde partie, une série de barrages en France, l’eau barrée. Nous avons eu bel échange avec Catherine Dérioz. Réverbère est une institution dans le monde de la photo, il s’agit de la plus ancienne galerie d’art française spécialisé dans la photo contemporaine. Ce fut également la première galerie lyonnaise à participer à la FIAC de Paris en 1999. 38 rue Burdeau 69001 Lyon

Under Armour Emilie Ding Céline Burnand, Galerie Bikini : La plus microscopique des galeries lyonnaise, 6m carré. Un texte et une oeuvre exposé c’est monokini, deux œuvres Bikini… 15 bis rue de la Thibaudière 69007 Lyon.

Cédric Vigneault, Dans l’Œil de Naples Bibliothèque du 1er arrondissement : À chaque image on se laisse porter dans l’inconscient de Naples, une ville qui nous avons eu beaucoup de plaisir à visiter en novembre dernier. Nous pouvons voir et ressentir cette atmosphère napolitaine toute particulière, à travers ces 24 photos noir et blanc et une installation vidéo. 7, rue Saint Polycarpe 69001 Lyon.

Metal Bazaar de Julien Minard, à l’Enssib :  Un travail documentaire sur le recyclage de métal en inde, réalisé dans la casse de New Gujri Bazaar à Mysore, la première chose qui me frappe c’est à quel point les travailleurs de la récupération ressemblent à leur décor. Les photos présentées souvent en diptyque sont éparpillées sur 3 étages dans le bâtiment principal de l’ENSSIB, 17-21 bd du 11 novembre 1918 Villeurbanne