Documenta 14, Learning from Athens

Tous les cinq ans dans le land de Hesse en Allemagne sur les rives de la Fulda, Cassel devient l’épicentre de l’art contemporain pour seulement 100 jours. Malgré une périodicité longue et un temps d’exposition court, elle est devenue une valeur sûre dans le monde de l’art. Documenta est fréquentée par environ 750 000 visiteurs, dont 40% de professionnels et 30% d’étrangers.

Documenta fut créée en 1955 comme un événement unique, par Arnold Bode professeur d’art. Il prône une approche pédagogique de l’histoire récente de l’avant-garde dans le but de retisser le lien entre le public et l’art moderne international, une façon d’exorciser les années sombres du nazisme.

Pour l’un de nos artistes favoris Stephan Balkenhol tout a commencé ici, après sa visite de la documenta de 1972. Ce fut une découverte fondamentale et un acte fondateur, il décida en effet d’entreprendre des études d’art à la suite de cette rencontre avec le monde artistique, il expose dans une église près du Fridericianum un artiste qui dit peu sur son art, mais montre beaucoup.

Le directeur de la 14eme édition est Adam Szymczyk, qualifié par le New-York times de « superstar parmi les curateurs » il est également récipiendaire du Walter Hopps Award for Curatorial Achievement en 2011 pour sa contribution significative au milieu de l’art. En 2013, pour la documenta il quitte ses fonctions de directeur de la Kunsthalle Basel un haut lieu de l’avant-garde de l’art contemporain qu’il occupait depuis 2003.

Pour la première et unique fois, un premier acte a eu lieu à Athènes. Adam Szymczyk a voulu « sortir d’un temps, un lieu, une action. Faire les choses autrement, modifier le regard que l’on porte sur l’art contemporain et le libérer du carcan institutionnel rigidifié autour de lui et qui sait comme ossifier en un système où l’art n’est plus qu’un maillon dans une sorte de chaîne alimentaire qui relie les musées, expos, salons, galeristes, artistes et collectionneurs. Au centre de ce système l’art n’arrive plus à récupérer assez de force pour être un véritable facteur de changement au sein des sociétés. » « Le système actuel, ne fonctionne pas, il n’a aucun pouvoir transformateur. La Documenta donne la voix à ceux qui tente de sortir du cadre ou se positionne totalement hors-cadre»

Devant le Fridericianum , comme un lien entre Athènes et Cassel, le monumental Parthénon du livre de Marta Minujín s’élève sur la Friedrichsplatz. Des livres censurés par différents pays y sont accrochés, sur le lieu d’un des premiers autodafé en 1933.

En avril dernier la capitale grecque était en pleine effervescence artistique pour l’inauguration de la Documenta Athens. Pour l’occasion,les artistes, journalistes et experts s’étaient réunis au Megaron. Pour les nouveaux locaux du Musée national d’art contemporain d’Athènes qui ne furent jamais inaugurés, il s’agissait certes d’une consécration tardive, mais importante. Ce musée n’aurait, en effet, pu bénéficier d’une tel mise en lumière sans Documenta

Depuis les philosophes grecs à la situation politico – économique actuelle mais également avec le drame des réfugiés, nous avons beaucoup à apprendre d’Athènes.

Biennale de Venise 2017

La 57e Biennale de Venise se tient du 13 mai au 26 novembre 2017, sous le thème “Viva Arte Viva ”.  La commissaire artistique de l’édition 2017 est Christine Macel. En quelques chiffres, c’est plus de 120 artistes, venus de 51 pays, réunis dans 85 pavillons nationaux.

Le lion d’or du meilleur pavillon a été décerné à l’Allemagne et au Faust glaçant d’Anne Imhof.

Le lion d’or du meilleur artiste est décerné à l’artiste allemand Franz Erhard Walther. Cet artiste est toujours à la croisée de la sculpture minimaliste et de l’art conceptuel. Durant ses 35 années d’enseignement, il marqua des générations successives d’étudiants en art. Il participa notamment aux Documenta 5, 7 et 8.

Le lion d’or d’honneur pour l’ensemble de son œuvre l’artiste américaine Carolee Schneemann, née en 1939 à Fox Chase en Pennsylvanie pour son travail sur le corps, la sexualité et le genre.

Le lion d’argent du jeune artiste prometteur Hassan Khan, né à Londres mais travaille la chorégraphie, la musique, la performance, le son et la vidéo au Caire.

Le jury de la Biennale a donné au pavillon du Brésil une mention spéciale avec l’installation de l’artiste Cinthia Marcelle. Il a également récompensé de la même mention spéciale les artistes Charles Atlas des États-Unis et Petrit Halilaj du Kosovo.

Pour la deuxième biennale consécutive Mohau Modisakeng est présent dans la pavillon de l’Afrique du sud , il utilise la performance et la vidéo pour nous transmettre sa vision poétique et sans violence d’une Afrique post coloniale. Nous espérons sa présence en 2019.

Le pavillon de Taiwan propose un retour sur deux des cinq performances d’une année réalisées au début des années 80, par l’artiste performeur Tehching Hsieh. C’est à voir au Palazzo delle Prigioni, près de la place Saint-Marc (Time Clock Piece et Outdoor Piece).

Le pavillon du Japon à première vue l’apparence d’un grand fouillis, mais c’est pourtant bien structuré, notamment avec les deux éléments de la série Reflection Model dont le « vaisseau de Theseus » de Takahiro Iwasaki. Nous avions déjà vu un autre élément de cette série en 2010 dans la section Art Unimilted de Art Basel 41.

Avec une fontaine, tel un geyser, le pavillon du Canada débute enfin… sa déconstruction pour une grande rénovation. Il est un important handicap pour le Canada : il est presque impossible de présenter une œuvre avantageusement dans cette architecture, en forme de coquillage. Nous nous devons cependant de conserver des ambitions modestes, ce pavillon étant né en 1958 des planches à dessin de la même firme milanaise d’architectes BBPR.

Palma de Majorque

Esbaluard Musée d’art moderne et contemporain de Palma
Le centre « Es Baluard » est situé dans le bastion défensif historique « Sant Pere », construit au XVIe siècle et est entouré par des murs. Il réunit une collection variée et sélecte de peintures, dessins et sculptures d’artistes liés aux tendances internationales les plus significatives depuis la fin du XIXe siècle. Le bâtiment abritant ce musée conjugue avec bonheur l’architecture ancienne et moderne, agrémenté depuis ses terrasses d’un splendide panorama sur le port de Palma.

Fondation Pilar et Joan Miró
L’artiste abstrait Joan Miró a vécu la majeure partie de sa vie à Majorque, sa maison et son atelier, situés dans la très peu fréquentée banlieue de Palma, Cala Major, ont maintenant été transformés en musée de son œuvre. La Fondation Pilar et Joan Miró est impressionnante ; son espace, son intérieur angulaire, l’utilisation de l’eau, le béton et la lumière se juxtaposent avec les toiles vives de Miró aux couleurs primaires intenses.

Son atelier est resté pratiquement intact depuis sa mort en 1983, avec des toiles inachevées et des pots de peinture ouverts. Le jardin, petit et tranquille, contient plusieurs sculptures et un café, ainsi que le grand atelier que lui dessina son ami Josep Lluís Sert qui desinera plus tard la Fondation Maeght à Saint-Paul de Vence.

Centre Culturel d’Andratx
Le CCA fut créé en 2001 par Jacob et Patricia Asbaek grands galeristes de Copenhague au Danemark. Situé sur l’île de Majorque aux Baléares à 30 mn de Palma, aux pieds des montagnes Tramuntana. Il est construit en pleine nature, dans l’architecture du pays, un des plus grands Centre d’Europe. Visiteurs, collectionneurs et artistes sont invités à découvrir ce lieu intemporel.

Un café restaurant pour se restaurer, un patio pour faire un break, une boutique de différentes productions, de revues et de livres, une bibliothèque. Sur place se trouvent également quatre superbes ateliers pour les résidences d’artiste. Ce centre de 4000 m2 est dédié à la création et aux expositions d’Art Contemporain, il est unique en son genre.

Expos à Paris

Camille Pissaro, le premier des impressionnistes
Le musée Marmottan Monet présente, du 23 février au 2 juillet 2017, la première exposition monographique Camille Pissarro organisée à Paris depuis 36 ans. Considéré par Cézanne comme « le premier des impressionnistes », Pissarro est l’un des fondateurs de ce groupe. Il est également le seul à participer à leurs huit expositions.

Quelque soixante-quinze de ses chefs-d’œuvre, peintures et tempéras, provenant des plus grands musées du monde entier et de prestigieuses collections privées, retracent l’œuvre de Camille Pissarro, de sa jeunesse dans les Antilles danoises jusqu’aux grandes séries urbaines de Paris, Rouen et Le Havre de la fin de sa vie.

Abraham Poincheval, au Palais de Tokyo
Lors de ses performances en solitaire, Abraham Poincheval repousse ses limites physiques et mentales. La vie en autarcie, l’enfermement, l’immobilité ou la perte progressive des sens sont pour lui des moyens d’exploration du monde et de la nature humaine.

À l’instar de la bouteille géante à l’intérieur de laquelle Abraham Poincheval a effectué une remontée du Rhône, des sculptures habitables
dans lesquelles, ou sur lesquelles, il a vécu plusieurs jours, seront disséminées dans les espaces du Palais de Tokyo.

L’esprit français Contre-cultures, 1969-1989 à la Maison Rouge
Cette exposition rend compte d’un « esprit français » critique, irrévérencieux et contestataire, en proposant une multitude de filiations et d’affinités. En France, de la contre-culture à la sous-culture, il n’y a qu’un pas. Beaucoup parmi les artistes montrés, ont d’ailleurs fait le choix volontaire et manifeste de ne pas aller vers l’art, tout en restant à côté, parfois tout proche, comme pour y puiser sans en subir les prescriptions.

Sexualités, militance, dandysme et violence opèrent comme des fils rouges dans l’exposition qui s’organise en chapitres notamment consacrés aux contre-éducations, au sabotage de l’identité nationale, mais aussi à l’influence du Marquis de Sade sur certaines pratiques radicales.

La Collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton
C’est l’un des événements des plus importants de cette année France-Russie. La collection de Serguei Chtchoukine est « exemplaire de l’art le plus avant-gardiste de son temps ». Alors que l’art moderne n’était qu’à l’aube de son rayonnement, Chtchoukine savait voir juste: sa collection rassemble des chefs-d’œuvre de Monet, Cézanne, Gauguin, Rousseau, Derain, Matisse, ou encore Picasso.

Luxembourg


Centre Pompidou-Metz
Le centre proposait une exposition intitulé « Entre deux horizons », un portrait des ruptures et avant-gardes allemandes et françaises depuis l’impressionnisme à l’art des années 70. Dans une vitrine de la salle 2 Tempête, révolutions et avant-gardes, on peut lire l’article de Louis de Vauxcelles « Le salon d’automne » paru le 10 novembre 1905 dans le journal Gil Blas dont voici un extrait et qui donnera naissance au nom du mouvement Fauves.

« Abordons sans tarder, M. Matisse. Il a du courage, car son envoi – Il le sait, de reste – Aura le sort d’une vierge chrétienne livrée aux fauves du Cirque. M. Matisse est l’un des plus robustement doués des peintres d’aujourd’hui, il aurait pu obtenir de faciles bravos: il préfère s’enfoncer, errer en de recherches passionnées, demander au pointillisme plus de vibration, de luminosité. Mais le soucis de la forme souffre. »

Il vient ainsi appuyer sur cette phrase qu’il avait publié le 17 octobre. La candeur de ces bustes surprend au milieu de l’orgie des tons purs : «Donatello chez les fauves». Une expression qu’il avouera 25 ans plus tard avoir entendu parmi les esclandres à répétition de la salle VII chez les outrés, les rieurs et moqueurs de l’époque.

Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean, Luxembourg
Ouvert au public depuis juillet 2006, le Mudam se veut l’homologue luxembourgeois de musées d’art contemporain de classe internationale. L’architecte Ieoh Ming Pei avait prévu de démolir une partie des fondations d’origine d’une forteresse dessinée de Vauban. Mais la résistance à cette altération d’un monument historique l’oblige à revoir ses plans. La taille du bâtiment est réduite de moitié et repoussée au-delà des portions de mur d’origine.

Pour souligner son 10ème  anniversaire le Mudam invite l’artiste belge Wim Delvoye qui avait d’ailleurs marqué l’ouverture du musée en 2006 par la présentation de l’œuvre « la Chapelle ». Depuis le début de sa carrière, commencée dès la fin des années 1980, Wim Delvoye s’attache à déplacer les frontières qui séparent traditionnellement la culture populaire et l’art, les arts décoratifs et les « beaux-arts », l’ancien et le contemporain, le noble et l’impur. « En un mot, Wim Delvoye pratique l’oxymore », écrit Michel Onfray : ses œuvres apparaissent en effet comme traversées par différents contraires, suspendues quelque part entre la séduction et la dissonance.

AM Tunnel, Luxembourg
En 1987, la Banque et Caisse d’épargne de l’état décide de percer un tunnel afin de relier les quatre bâtiments de la banque situés sur le plateau Bourbon. Très vite, l’idée surgit de transformer ce tunnel en galerie d’art.  Depuis 1995 la BCCE organise dans sa galerie d’art Contemporain des expositions thématiques et rétrospectives comprenant des œuvres signées par des artistes de renommée internationale.

Sur la route…


« Les seuls gens vrais pour moi sont les fous, ceux qui sont fous d’envie de vivre, fous d’envie de parler, d’être sauvés, fous de désir pour tout à la fois, ceux qui ne baillent jamais et qui ne disent jamais de banalités, mais qui brûlent, brûlent, comme des feux d’artifice extraordinaires qui explosent comme des araignées dans les étoiles, et en leur centre on peut voir la lueur bleue qui éclate et tout le monde fait « Waou ! »  – Jack Kerouac, Sur la route.

La collection Lambert en Avignon
C’est dans l’Hôtel de Caumont, un ancien hôtel particulier du XVIIIe siècle, qu’Yvon Lambert, galeriste et collectionneur, a décidé de mettre en dépôt sa collection personnelle en juin 2000, à l’occasion des célébrations « Avignon, capitale européenne de la culture ». Constituée dès les années 60, la Collection Lambert représente les goûts du collectionneur, ses aspirations et ses passions.

Urs Fischer à la fondation Vincent Van Gogh, Arles
Depuis son ouverture en avril 2014, la Fondation Vincent Van Gogh Arles se définit comme un lieu ouvert à la pratique d’artistes contemporains. Les expositions entrent « parfois » en résonance avec celles de Van Gogh (un seul prêt annuel du musée Van Gogh, pour plusieurs expositions à la fondation). Urs Fischer, artiste suisse vivant à New-York depuis 1990, occupe l’ensemble de l’espace d’exposition, connu pour son anti académisme avec des déséquilibres formels, souvent teinté d’humour et de surprises.

Frédéric Bazille la jeunesse de l’impressionnisme au Musée Favre
Le musée Favre est créé à la suite d’une proposition en 1824 du baron François-Xavier Fabre, peintre et grand collectionneur, de faire don à la ville de ses collections, à condition qu’elles soient à l’origine d’un musée. Trois grands musées se sont associés pour présenter l’exposition : La National Gallery of Art de Washington, le Musée d’Orsay et le Musée Favre. Mort au combat à 29 ans en 1870, l’expo souligne les liens étroits du peintre Frédéric Bazille et de ses contemporains : Manet, Monet, Renoir, Sisley. Chaque salle du musée reprend l’idée de confrontation avec ses pairs. Six ans à peine séparent les premières œuvres de la dernière, six ans de la jeunesse de Bazille et celle de l’impressionnisme.

Déluge de Barthélémy Toguo au Carré Sainte-Anne, Montpellier
Le Carré Sainte-Anne est une église néogothique désacralisée en 1986 et réhabilitée depuis 1992 en lieu d’exposition d’art contemporain par la ville de Montpellier. Nous avons beaucoup d’admiration pour Barthélémy Toguo, candidat au Prix Marcel Duchamp (FIAC 2016), invité de la Biennale de Venise 2015, plus qu’artiste, il est porteur de la création artistique au Cameroun, inaugurant une résidence artistique sur les hauts plateaux à l’ouest du Cameroun. Il est représenté par la prestigieuse Galerie Lelong.

Le Carré d’Art-Musée d’Art contemporain, Nimes
Le Carré d’Art a ouvert ses portes en 1993. Ce bâtiment, qui tire son nom de la proximité immédiate entretient  l’un des fleurons antique de la ville, » La Maison Carrée ». La collection réunit près de 500 œuvres de 1960 à nos jours. Reflétant des mouvements qui, comme le Nouveau Réalisme, Support-Surface et la Figuration libre qui ont pris naissance dans le Sud de la France.