13e Biennale d’art contemporain de Lyon « La vie moderne »

La XIIIe Biennale d’art contemporain de Lyon a lieu du 10 septembre 2015 au 3 janvier 2016 et a pour titre « La vie moderne ». Conçue par le commissaire Ralph Rugoff, la biennale rassemble des artistes issus de 28 pays, dont les œuvres sont exposées essentiellement à La Sucrière, au Musée d’art contemporain de Lyon, au Musée des Confluences.

Thierry Raspail directeur du MAC Lyon depuis sa création en 1984 « Pour 2015 et jusqu’en 2019, j’ai choisi de cheminer avec « moderne », substantif et qualificatif. Moderne n’est pas modernisme et n’est pas non plus modernité, mais il (ou elle) peut les contenir, les happer ou les exprimer. Et nous savons parfaitement et ce depuis longtemps, depuis Rimbaud au moins, qu’ « il faut être absolument moderne ».

Aujourd’hui, tout est désormais moderne : le néo-modernisme qui sévit dans les arts visuels comme le vintage qui charme le design ou encore le « ré-enactment » qui fait de l’histoire un subjectif présent. On a écrit l’anthropologie des Modernes au pluriel (Bruno Latour), dès lors il nous reste le singulier. »

Voici quelques artistes exposés qui ont retenu notre attention : Nina Beier avec Perruque de cheveux humains et coco fesses, Michel Blazy avec Pull over time (chaussures et appareil électroniques végétalisés), Céleste Boursier-Mougenot (représentant nationale à la biennale de Venise 2015)  pour le concept de la batterie et des noyaux de cerise qui viennent frapper les peaux tendues de l’instrument.

Finalement notre coup de cœur pour nightlife de Cyprien Gaillard, qui prend pour point de départ le Penseur de Rodin, endommagé lors d’un attentat en 1970 à Cleveland, puis s’arrête à Los Angeles et Berlin avant de retourner à Cleveland pour finir sur le seul des quatre chênes encore vivants qui furent offerts à Jesse Owens pour chacune de ses quatre médailles d’or aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936.

Visite de Copenhague

La Glyptotek Ny Carlsberg : La collection initiale fut constituée par Carl Jacobsen, fils du fondateur de la brasserie Carlsberg. Elle abrite en son centre un jardin d’hiver subtropical, la collection inclut essentiellement des sculptures antiques (romaines, égyptiennes et grecques). On y retrouve également quelques sculptures romantiques, notamment la troisième version du baiser d’Auguste Rodin, mais sculpté par Emmanuel Dolivet puisque Rodin ne se confronte pas au marbre; Ainsi qu’un exemplaire de la célèbre Petite Danseuse de Degas, la jeune Marie Vanguthen. Outre les sculptures, elle présente aussi quelques tableaux impressionnistes (Monet, Sisley, Renoir) et posts-impressionnistes (Toulouse-Lautrec, Bonnard). 7 Dantes Plads,  DK-1556 København V

Statens Museum for Kunst : Une époustouflante collection couvrant presque sept siècles de l’histoire de l’art. Nous avons remarqué, notamment l’un des portraits de Henri Matisse de sa femme Amélie peint juste avant le salon d’automne de 1905, légèrement antérieur à femme au chapeau qui fut la cause du scandale des Fauves. On peut également admirer La chute des Titans de Cornelis Van Haarlem, une véritable étude des corps en apesanteur, histoire d’un ancien monde (celui des Titans), balayé par un nouveau (Olympe). Le musée personnifie ce passage de relais occupant deux bâtiments distincts, l’un ancien (1889) et l’autre moderne (1998). 48-50 Sølvgade,  DK-1307 København K

Musée d’art moderne Louisiana : Le nom du musée provient du premier propriétaire de la propriété, Alexander Brun, qui a nommé la villa d’après le prénom de ses trois épouses, toutes nommées Louise. Le musée fondé par Knud W. Jensen a été inauguré en 1959. Il est constitué de galeries modulables, construites les unes après les autres. Avec une surface d’exposition plus importante et ~650 000 visiteurs/an Louisiana se compare avantageusement aux Fondations Maeght (~200 000 visiteurs) ou Giannada (~230 000 visiteurs/an).

L’exposition principale est consacrée à Yayoi Kusama d’origine japonaise elle fut l’une des figures de l’avant-garde new-yorkaise des années soixante, très proche de Donald Judd un critique d’art devenu plasticien. Elle retourne vivre au Japon en 1973, épuisée mentalement elle est finalement internée depuis 1975 à l’hôpital psychiatrique Seiwa, son studio de création est situé de l’autre coté de la rue. Après une visite de son studio en 2006 Marc Jacobs pour Vuitton lui permet de faire une collaboration pour des accessoires, prêt-à-porter. Un art qualifié de « psychosomatique » les pois occupent l’espace sans limites et annihilent les frontières entre l’homme et son environnement.

Aussi exposé à Lousiana Lucian Freud petit-fils de… il forme avec Francis Bacon et d’autres ce que l’on qualifie de l’école de Londres. Freud avec une certaine angoisse, nous fait ressentir le caractère des personnes. De son vivant le 13 mai 2008 est vendue Benefits Supervisor Sleeping pour 34 millions d’euros une huile sur toile d’une femme obèse nue (Sue Tilley, pesant alors environ 127 kg) couchée sur un canapé, ce qui fait de cette œuvre la plus chère pour un artiste vivant. 13 Strandvej, DK-3050 Humlebæk

Biennale de Venise 2015


Venise, c’est un peu comme s’enfiler toute une boite de chocolat à la liqueur. -Truman Capote

La 56e Biennale se tient du 9 mai au 22 novembre 2015. Avec le thème “all the world’s futures” (tous les futurs du monde), son directeur artistique est Okwui Enwezor et son président Paolo Baratta. Le lion d’or du meilleur pavillon a été décerné à la la République d’Arménie pour son œuvre commémorative du 100e anniversaire du génocide arménien. Le lion d’or est allé à l’Américaine Adrian Piper, le lion d’argent au Coréen Im Heung-Soon, et le lion d’or d’honneur au Ghanéen El Anatsui.

Voici en quelques mots ce qui a retenu notre attention, dans le pavillon central au Giardini le film projeté en triptyque Vertigo Sea de John Akomfrah, reprenant des éléments de code du romantisme allemand, une véritable fresque sur la planète, la nature, la folie de l’homme. Sur l’ile de la Giudecca l’exposition Heartbreak Hôtel, particulièrement les œuvres vidéo de Bill Viola qui portent la réflexion sur le poids des choses, un peu comme le manteau de conscience sur le front de mer à Monte-Carlo. Des classiques d’une année sur l’autre la Corée pour sa recherche futuriste, le russe pour sa volonté de puissance, le trouble sur la mise en lumière de la persécution sous le régime soviétique dans celui de l’Estonie. Chiharu Shiota présente « A la clé » dans le pavillon japonais. L’ensemble du pavillon australien, les Français Céleste Boursier-Mougenot et Emma Lavigne ont eux présenté le projet architectural Révolutions.

Un peu comme un clin d’œil à l’article que j’ai publié sur le Huffington post canadien lors de la précédente biennale dans lequel je critique l’architecture du pavillon canadien sortie en 1958 des planches de dessins des architectes de la firme milanaise BBPR, je vois que l’on a tenté deux extensions au pavillon, pour créer un « dépanneur » contenant des produits nord-américains.

Escapade sur la Côte d’azur

Château Lacoste, Vaucluse. Pour donner suite et faire écho à l’expo du Musée d’Orsay, nous avons visité Lacoste et son château, une des trois résidences du Marquis de Sade en Vaucluse. Acquis en 2001 par le célèbre couturier Pierre Cardin, le château est actuellement en cours de restauration.

Le Marquis de Sade y séjourna de 1769 à 1772, entre le scandale d’Arcueil et celui de Marseille, puis après celui-ci et sa fuite en Italie, il s’y réfugia jusqu’à son incarcération au donjon de Vincennes en 1777. Évadé lors de son transfert à Aix, il s’y réfugiera une dernière fois du 16 juillet au 7 septembre 1778 avant d’être reconduit à Vincennes.

Mucem une très belle architecture mais le contenu de la collection permanente est faible parce que la cible est trop large. C’est très ambitieux de s’attaquer à la médiation du patrimoine anthropologique relatif à l’aire européenne et méditerranéenne.

MaMo Un lieu de création artistique en plein ciel. C’est ici, au sommet de La Cité Radieuse édifiée entre 1945 et 1952, que s’installe le MAMO créé par Ora Ito. Le chef d’œuvre de Le Corbusier s’offre ainsi un nouveau territoire en devenant l’écrin et le tremplin de la création à venir. 280 Bd Michelet à Marseille

La villa Ephrussi de Rothschild, appelée aussi villa Île-de-France, est un des plus beaux palais de style Renaissance de la Côte d’Azur construit sur le sommet du Cap Ferrat entre 1905 et 1912 à Saint-Jean-Cap-Ferrat par la Baronne Béatrice Ephrussi de Rothschild (1864-1934). «Le musée donne une idée particulièrement vivante de ce qui fut la résidence d’un grand amateur d’art de la Belle Époque qui manifesta un attrait particulier pour le XVIIIe siècle ».

30e Festival International de Mode et de Photographie à Hyères, pendant 5 jours la ville a vécu au rythme de la mode et de la photo. Le festival , créé par Jean-Pierre Blanc, récompense les jeunes talents de demain. Au fil des années, ce rendez-vous s’est imposé comme un passage incontournable dans le milieu de la mode. Parrain pour sa 30ème édition, la maison Chanel a offert au festival un anniversaire de prestige.

Nouveau Musée National de Monaco « Contruire une collection » Une exposition sur les 10 ans d’acquisitions du NMNM à la villa Sauber et Paloma, il ne s’agit bien sur pas de l’ensemble des acquisitions mais d’une partie essentiellement contemporaine.

Réalisme à la fondation Pierre Arnaud à Lens dans le Valais Suisse

 

Réalisme la symphonie des contraires à la fondation Pierre Arnaud : créée en mémoire du collectionneur et mécène Pierre Arnaud, la fondation a pour objectif de promouvoir les beaux-arts. Afin d’enrichir l’offre culturelle sur le plateau de Crans-Montana, la fondation Pierre Arnaud construit, gère et finance le Centre d’art du même nom à Lens. Le bâtiment offre sur deux niveaux quelques 900 m2 de surface d’exposition et est ouvert depuis le 22 décembre 2013.

L’exposition Réalisme la symphonie des contraires est organisée autour de six regroupements thématiques et tente de répondre à la question: Qu’est-ce que le réalisme ? Il s’agit d’une vaste question tant les contours de ce mouvement sont flous, sans esthétique particulière et sans véritable chef de file, sinon bien malgré lui Gustave Courbet. Un mouvement englobant pour presque toutes les esthétiques en vogue, de la vie sans fards à la vie en mieux au service d’une certaine idéologie. Nous avons aimé les œuvres proposées, comme la lecture qui en est faite. Les prochains thèmes abordés au cours des prochaines expositions seront le romantisme, le symbolisme et l’expressionnisme.

Galerie Bel Air Fine Art : Une des grandes galeries suisses très flashy et contemporaine avec des adresses à Gstaad, Saint-Tropez, Genève, Verbier. Elle propose des artistes novateurs, tout comme des « big guns » solidement établis dans le marché de l’art actuel. Pour un artiste, être représenté par Bel Air Fine Art est en soi déjà une consécration.

Art & Public Cabinet P.H. : Paul McCarthy, le célèbre artiste plasticien américain qui a récemment fait l’actualité avec son imposant Tree, un plug vert géant gonflé et finalement vandalisé à la place Vendôme, lors de la FIAC 2014. Ici, des images issues d’une œuvre vidéo des années 70, il tue symboliquement le père avec un masque dont le visage le représente portant un veston cravate sans pantalon. Il arrose de ketchup et d’autres produits alimentaires (son père étant épicier) des figurines de héros de l’enfance, puis tape au marteau et détruit tel un broyeur.

Hôtels: Le Crans Ambassador spa et luxury sport resort à Crans Montana, avec vue plongeante et panoramique sur la station et la chaine alpine suisse. Le Château de Divonnes à Divonnes les Bains 33 chambres avec les murs sont habillés de tissus à motifs, dans un ancien château bourgeois avec vue sur le Mont-Blanc par beau temps.

Quelques jour à Paris

Art

La société bien pensante décrie le lyrisme et déclame contre les passions, c’est pourtant à son flambeau que la philosophie allume le sien. Durant la semaine de la FIAC marquée par la destruction de Tree de Paul McCarty par des réactionnaires place Vendôme, nous avons organisé notre petite résistance passive en allant voir Sade à Orsay, victime lui aussi, d’anathème en son temps.

Fondation Louis Vuitton : Le bâtiment véritable écrin de luxe est une œuvre fabuleuse de l’architecte canadien Frank Gehry, Bernard Arnaud pdg du groupe LVMH participe ainsi à sa manière à la remise au premier plan de Paris comme l’une sinon la principale capitale culturelle au monde. En revanche, nous restons dans l’attente d’en découvrir plus sur la collection qui sera exposée, sachant que la dynamique Suzanne Pagé directrice artistique de la fondation est depuis quelques années sur tous les fronts et parcourt le monde à la recherche de pépites artistiques.

Artcurial Après-guerre et contemporain : Nous avons passé une heure dans la salle de vente à attendre des œuvres que se sont envolées bien au delà de notre budget prédéfini. Il y a toujours dans une salle de vente une ambiance particulière nourrie de vitesse et d’une forte dose d’adrénaline.

Sade au Musée d’Orsay : Une exposition sur l’œuvre complexe et sulfureuse de Donatien Alphonse François de Sade, longtemps mis à l’index et marqué de réprobation. Ici des mots, des œuvres, des références croisés, une belle expo remarquablement mise en scène par Annie Lebrun autour du désir et de la violence du désir. A souligner, le bouledogue de Maldoror réalisé en 1965 par l’artiste québecois Jean Benoit et le mannequin anatomique en bois de 1796 par Felice Fontana.

Palais Tokyo Inside : Accueillis au dessus de la billetterie par une installation organique dans laquelle on peut circuler. Un parcours intéressant nous nous sommes crus à l’arsenal durant la biennale de Venise. Un temps fort de cette escapade parisienne.

Heidi Slimane à la Fondation Pierre Bergé Yves-Saint-Laurent : Entre art et mode la frontière est bien poreuse, Heidi Slimane se maintient en permanence à son carrefour, naviguant entre photo et mode. Pierre Bergé dit avec beaucoup de justesse « La mode n’est pas un art, mais elle a besoin d’un artiste ». Cette expo retrace essentiellement sa période de production photographique entre la direction artistique de Dior Homme et sa prise du fonction au sein de Yves Saint-Laurent en tant que directeur de la création pour la couture.

Madère

On peut aisément pardonner à l’enfant qui a peur de l’obscurité, mais la vraie tragédie de la vie, c’est lorsque les hommes ont peur de la lumière. -Platon.


Hôtel The Vine : Grâce à Nini Andrade le centre de Funchal dispose d’un 5 étoiles hors du commun, aussi sophistiqué qu’exubérant. L’architecte d’intérieur très inspirée, y a multiplié les clins d’œil à son île natale : ici, des sarments de vigne, là des galets comme sur les trottoirs de Funchal, et sur le toit-terrasse, une piscine à débordement chauffée, et un bain à remous de 20 mètres de long, offrant une vue sur le fort de Sao Joao et les montagnes, récemment récompensé par le Leading Design Hotel en 2013 et 2014.

Centro das Artes, Casa das Mudas à Calheta: Une série de bâtiment épurés, gris anthracite posés comme des boites grises sur le rebord de la falaise. L’architecture du bâtiment a permis à son auteur d’être nominé pour le très convoité prix Mies Van der Rohe en 2005. Le mécène Jose Berardo (l’un des plus grands collectionneur portugais) prête régulièrement des œuvres de sa collection.

Musée des Arts Sacrés: Ultima Ceia une étonnante installation de sculptures sur bois réalisée par Manuel Pereira en 1652. La cène avec 13 personnages, Jésus et 12 disciples dont Marie-Madeleine. Ce qui étonne ce n’est pas la présence de ce seul personnage sans barbe, puisque depuis le Quattrocento (début de renaissance 1450-1500) Marie madeleine apparaît régulièrement lors des représentations de l’Eucharistie, mais c’est sa proximité sans équivoque avec Jésus, elle semble apaisée et a les yeux fermés alors que Jésus l’enlace de son bras.

Piscines naturelles de Porto Moniz : Un dédale de bassins naturels que la houle emplit à chaque marée et l’un des musts de Madère. L’on vient de partout pour barboter au milieu des anciennes coulées de lave.

Varsovie

Il n’y a rien en ce monde qui n’ait un moment décisif  -Henri Cartier-Bresson

Dans l’ordre d’apparition: Le Palais Royal,  Monument au soldat inconnu,  Musée Zacheta (contemporain), Le toit-terrasse végétalisé de la bibliothèque de l’Université de Varsovie, Centrum Sztuki Współczesnej (contemporain),  Palais Royal sur l’eau Lazienki, Château et Jardin de Wilanow (résidence royale d’été), Musée du Poster de Wilanow

Next Page »