Escapade Parisienne

Nous avons passé la semaine à Paris afin de faire quelques expositions dont

Marc Jacobs, Louis vuitton au musée des arts décoratifs Paris 1er, du 9 mars au 9 septembre
Marc Jacobs est depuis plus de quinze ans, le directeur artistique de la Maison Louis Vuitton. C’est une exposition d’un créateurs phare de la mode actuelle et d’une maison emblématique du luxe. J’aime bien cette anecdote sur Louis Vuitton qui en 1835, âgé de 14 ans, part tenter sa chance à Paris et parcourt à pied les 400 km qui le séparent de la capitale depuis Bourg-en Bresse. Il se spécialise dans un nouveau marché pour l’époque le tourisme. Louis Vuitton comprend alors rapidement « qu’il faut créer des bagages novateurs et de grande qualité : luxe, fonctionnalité, innovation. » Marc Jacobs initié par sa grand-mère à la couture et au tricot, trouve sa voie très jeune. Sous les conseils de Perry Ellis, rencontré par hasard, il s’inscrit à la Parsons Paris School of Art and Design.

Helmut Newton au Grand Palais, Paris 8em, du 24 mars au 17 juin.
Helmut Newton est toujours mon photographe préféré et c’est grâce à lui que je me suis initié à la photo noire et blanc. Décédé en 2004 dans un accident de voiture à 20 km/h, face au château Marmont sur Sunset Boulevard à Hollywood. Son œuvre n’a pas pris une ride, libre, marquant son époque, ses images troublantes sont toujours aussi fascinantes.

Daniel Buren Momumenta au Grand Palais du 10 mai au 21 juin
Monumenta invite chaque année un artiste contemporain de renommée internationale à investir la Nef du Grand Palais avec une œuvre magistrale conçue pour l’occasion. Pour la cinquième édition, Daniel Buren, l’un des plus grands créateurs français, relève le défi.  Il a opté pour la thématique du cercle 377 cercles jaune, verts, orange et bleus soutenus par 1500piquets peints en noir et blanc “La nef du Grand Palais est une architecture lumineuse et aérienne difficilement maitrisable”  L’an dernier Anish Kapoor  Monumenta 2011 en vidéo

Kabuki Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent du 7 mars au 15 juillet
L’exposition Kabuki, costumes du théâtre japonais propose au public de découvrir une trentaine de costumes exceptionnelles, accompagnés de nombreux accessoires portés lors des représentations du théâtre Kabuki

Resisting the Present au musée d’art moderne de la ville de Paris du 9 mars au 8 juillet
Cette exposition couvre un peu plus d’une décennie de création en art contemporains par 24 artistes mexicains marquée par la perception d’un monde en expansion, pluriel, qui connait l’après-décolonisation, l’entrée dans un nouveau monde géopolitique. L’exposition donne une large place aux cinéastes et nous avons trouvé qu’elle était bien organisée et structurée.

Robert Crumb au musée d’art moderne de la ville de Paris du 13 avril au 19 août
L’exposition réunit plus de 700 dessins de Robert Crumb est trace une rétrospective de l’artiste entre 1960 et aujourd’hui de sa période underground à la genèse. Il existe plusieurs Robert Crumb: le fou de dessin, le chroniqueur des hippies, le pervers sexuel, l’illustrateur de la genèse.

Autobiographies à l’espace culturel Louis Vuitton 23 mars au 20 mai
L’exposition autobiographies vise à conjuguer des propositions, émanant d’artistes de sensibilités, culturels et générations diversifiées, dont le dénominateur commun est de s’articuler autour de la question autobiographiques. Voir le site

Comme un ananas à la galerie des galeries (aux Galeries Lafayette) 4 avril au 7 juillet
Carte blanche à Philippe Katerine

Sinon comme d’habitude le parcours classique, visite chez ArtCurial où nous avons assisté à une vente vintage Hermès, la galerie Larry Gagossian certainement le plus connu des galeristes au monde. Envie de casser le rituel du verre au bar du Georges V, cette fois nous sommes aller boire un verre au Bar du Hyatt Place Vendome pour admirer les Six toiles d’Ed Paschke disposées au Bar, un artiste américain décédé en 2004 connu pour ses images saisissantes et colorées basées sur les principes clé de l’abstraction et de l’expressionnisme. Le bar du Hyatt était fréquenté assidument par Marcel Proust, c’est de là qu’il contemplait la vie parisienne.